Archive for the ‘Livres’ Category

h1

L’épopée de Simon Ammann et de son éclair de feu

14 mars, 2010

yas : petite flash back : nous sommes en 2002 à Salt Lake City et l’une des sensations des XIXes Jeux Olympiques d’hiver est suisse et se fait surnommer « Harry Potter ».

De droite à gauche: Małysz, Ammann et Hautamäki (podium grand tremplin)

Avec ce look (lunettes rondes et long manteau rappelant les caps des sorciers) et cette bouille juvénile, à laquelle on donnerait volontiers bien moins que son âge véritable, le surnom était tout trouvé pour Simon Ammann qui, à la surprise générale, a raflé deux fois l’or olympique en saut à ski, à Salt Lake. Sa joie était immense car à 20 ans, il participait, certes, à ses deuxièmes jeux mais il n’avait encore jamais remporté de victoire en Coupe du Monde et le voila qui reléguait aux places d’honneur des sauteurs aussi talentueux que Sven Hannawald, Adam Małysz ou encore Matti Hautamäki et ce aussi bien en petit qu’en grand tremplin.

Une fois l’année 2002 écoulée, Simon Ammann a prouvé qu’à l’instar du reste de l’humanité il n’était, finalement, pas étranger à la loi de la gravité. Et le retour sur terre fut assez difficile pour ce double champion olympique qui passa à côté des championnats du monde de Val di Fiemme (Italie) en 2003 et d’Oberstdorf (Allemagne) en 2005. La flamme et l’enthousiasme olympiques de Turin, en 2006, n’y changèrent rien et il obtint des résultats très éloignés de ce qu’il a pu avoir en 2002.

Il est toujours pénible de voir défaillir un sportif dont le talent a été démontré. Mais, heureusement pour Ammann, la traversée de la toundra (ben oui, il s’agit des sports d’hiver, il faut tout adapter en conséquence. XD) a touché peu à peu à sa fin en 2007. Car à Sapporo, au pays du soleil levant, la carrière du suisse a atteint de nouveau le firmament. En effet lors des championnats du monde qui s’y sont déroulés, Ammann a ramené deux médailles avec ses skis. Une en or en grand tremplin et l’autre en argent en petit tremplin. Les saisons qui suivirent furent assez riches en résultats avec une douzaine de victoires en coupe du monde (entre 2007 et début 2010) ainsi que la médaille de bronze en petit tremplin lors des championnats du monde de 2009 à Liberec (République Tchèque).

Simon Ammann abordait, donc, les jeux de Vancouver avec un parcours plus digne d’un sauteur doublement couronné d’or lors d’une olympiade. Il avait de meilleurs résultats qu’à la veille des jeux du Turin! Et huit ans après avoir bluffé tout le monde, il a remis ça, en frappant très fort dès le premier jour des XXIes jeux d’hiver en remportant son troisième titre olympique en saut à ski (petit tremplin) suivi quelques jours plus tard d’un deuxième sacre en grand tremplin. Le schéma de 2002 se reproduisait et les journalistes clamaient haut et fort le retour d’Harry Potter!

Et même si à 28 ans, Ammann a un peu dépassé l’âge d’être surnommé ainsi force est d’admettre que la magie opère de nouveau pour lui. Et tout comme Harry, il vole sur ses skis qui auraient pu être estampillés « éclair de feu » (la plus prestigieuse des maques de ballets volants dans l’univers crée pa JK Rowling) alors que ces adversaires, de très grande qualité (notamment les autrichiens archis favoris de cette compétition avec 4 sauteurs classés dans les 5 premiers mondiaux), sont restés un cran en dessous avec leurs skis « Nimbus 2000 » qui reste une excellente marque, certes, mais insuffisante pour voler aussi loin que Simon Ammann lors de ces jeux.

Franchement, un très grand bravo à Simon Ammann qui a réalisé ce que personne avant lui n’avait fait dans son sport, à savoir remporter les deux titres individuels lors de deux olympiades. Encore, bravo l’artiste! Lui repartira en Suisse avec ses belles médailles, qui sont pour la petite histoire façonnées à la main et les plus lourdes qu’ont connu les jeux, et nous, nous garderons en mémoire ses magnifiques sauts, notamment à plus de 140 m en grand tremplin, pendant lesquels il apparait comme suspendu dans les airs….comme sous l’emprise de Wingardium leviosa (sort de lévitation)…encore une fois la comparaison avec Harry Potter s’impose ^^.

Mais la fin des jeux ne marqua pas la fin des victoires et des célébrations pour ce suisse volant. En effet, il y a deux jours, il s’imposa lors de l’avant dernière épreuve de Coupe du Monde à Lillehammer, ce qui lui assura définitivement la première place du classement général de sa discipline. Il devint, donc, le premier helvète à remporter un globe de cristal en saut à ski. Ce qui lui vaut le troisième barvo de ce billet ^^.

h1

Saga Twilight : (Partie II) VUE par une fille !!

23 février, 2010

Knu :Suite du premier article Saga Twilight : (Partie I) LUE par une fille

juste au cas où encore une fois, je tiens à re-spécifier que je ne suis pas raide dingue d’un des acteurs, et suis en possession de toutes mes capacités mentales XD.

Pour commencer cet article qui parle des films, il est inévitable de commencer par le célèbre rituel ; on se tient bien droit, on inspire bien fort, on comprime ses abdos, sert les poings, ferme les yeux et d’une voix bien aiguë crier de toutes ses forces : ROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOB !!!!!!!!!

Alors les films, hmm hmm !!

J’ai comme idée que les adaptations cinématographiques d’un livre sont toujours très loin de rendre justice à l’œuvre originale… et ce n’est pas cette fois que je vais changer d’avis.

Mais cette fois, je me suis dit il ne faut pas comparer le film au livre, car on ne peut jamais retranscrire 500 pages en deux heure, je m’efforcerai d’avoir un esprit ouvert et sans préjugés !!

Le  premier volet Twilight ça le faisait quand même pas -_-‘, le scénario un peu bizarre parfois est un peu frustrant, des scènes qui passent trop vite, ou d’autre trop lentement enlèvent le charme de l’histoire, sans parler de celles maladroitement supprimées… ok je suis sévère mais ça reste qu’un avis.

J’ai davantage apprécié New moon, le fil conducteur a été mieux respecté, avec des scènes phares gardées, et le jeu d’acteur y est plus convaincant.

D’ailleurs en parlant de jeu d’acteur, je trouve celui des vampires bizarre !! Mais seulement celui des vampires lol.

Alors contrairement aux critiques cinématographiques qui ont clairement critiqué les performances d’acteurs, moi j’ai une théorie !! Tout ça c’est de la faute aux lentilles et au maquillage qui faussent les expressions ^^’ !! Les vampires sont censés avoir une belle peau blanche comme du marbre, et être super beaux, mais le résultat que je vois c’est des acteurs (à l’origine beaux) avec un fond de teint bleuté effet zombi mdr !! C’est du gâchis!!

Donc maquilleuses dehors !!! Ah et coloristes dehors aussi !! Car pour les besoins du film beaucoup d’acteurs ont du changer de couleur, c’est d’ailleurs amusant  de voir que dans la famille Cullen, à l’origine aucun acteur n’a la couleur de son personnage ^^…

ok ça c’est une remarque qui n’a rien à voir avec le cinéma, mais désolée en tant que fille voir ce résultat me révolte lol…

Bon ça fait une semaine que j’essaye d’écrire cet article, et conclusion quand j’essaye de critiquer ces films en me mettant à la place d’une fille, enfin rien que du point de vu d’une fille, sans m’obliger à être objective, je me retrouve dans un délire débile (la preuve ce que j’avais écris ci-dessus), je confirme donc ce que j’ai dit dans le précédent article, et je signe, multipliez les beaux mecs dans un film romantique, et c’est le jackpot.

Plus sérieusement (on se reprend), Twilight exploite un vide laissé par les films. Concrètement qu’est ce que propose le cinéma pour les adolescentes? Des films romantiques que leur maman regardent aussi, et des teen movies débiles avec la même histoire de lycéenne qui courent après le beau mec en combattant la fille populaire mais peste -_-… Et voilà qu’apparait Twilight en sortant des sentiers battus, sans concurrents et sans prédécesseurs, répondant à une demande très importante en fin de compte, de jeune filles en manque d’aventure et de romantisme… de contes de fées modernes.

La saga au cinéma a donc pour elle, le succès des livres, l’originalité du concept, un public jeune et indulgent, et un jeu très intelligent de marketing. Tout ce matraquage médiatique autour du film et des acteurs, la mise en avant de Robert Pattinson pour créer le mythe du bel acteur, le doute sur la nature de sa relation avec Kristen Stewart. Tout ça c’est du vent, mais du vent qui fait vendre (DVD, produits dérivés, etc).

Flairant le filon, une série a été lancée « The vampire dairies », un maladroit mélange de Twilight, Buffy et de Newport beach, même choses : lycéens, histoire d’amour entre vampire et humaine, sorcières… l’idée aurait été bien si ça n’était pas du réchauffé, hélas.

Je remercie Yas et Lina de m’avoir passé des photos pour faire mes articles (309 pour être exacte :p) y en avait tellement de jolies que j’ai décidé… d’en mettre aucune… ok je sors.

Pour conclure cet article, une dernière fois tous ensemble: >_< ROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOB AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!

Photo sélectionnée en exclusivité par Yas XD

Article sur le même thème : Saga Twilight : (Partie I) LUE par une fille

h1

Saga Twilight : (Partie I) LUE par une fille !!

8 février, 2010

Knu : juste au cas où, je tient à spécifier que je ne suis pas raide dingue d’un des acteur, et suis en possession de toutes mes capacités mentales XD.

Avec un tel engouement, comment ne pas parler de cette saga qui a engendré une telle fascination auprès de millions demoiselles dans le monde, qui sans aucune hésitation ont sombré dans la tentation et l’attraction du plus envoutant des vampires, damnant leur âme pour de nouvelles révélations sur cette irréelle histoire d’amour.

Ok, le jeu de mot débile de fait, passons aux choses (soit disant) sérieuses.

Les livres :

Dès le début il faut mettre les choses dans leur contexte, c’est un livre pour adolescentes, faut pas comparer avec de grands classiques, c’est super facile, et pas très consistant (j’ai fini les quatre tomes en une semaine). Ce n’est pas un défaut, au contraire, si ça permet à des jeunes qui ne lisent que des sms, de découvrir de la lecture et bien tant mieux.

Si c’est une histoire de vampires, elle n’entre pas pour autant dans la catégorie aventure, car il ne faut pas se mentir, concrètement il se passe pas grand-chose pour un livre aussi épais. Romance, romance, romance, sont les maîtres mots de l’œuvre, ce qui ouvre le champ à un plus grand public féminin, puisque les femmes sont d’éternelles romantiques. D’où le titre!! car pour ce sujet le point de vu d’une fille n’a rien à voir à celui d’un mec lol.

L’ingrédient principal du succès est comme toujours les personnages, une fille, un vampire et un loup garou !! très inhabituel certes, mais on est toujours dans le schéma traditionnel du triangle amoureux.

Mademoiselle tout le monde :

Le livre est écrit à la première personne, les pensées de Bella en occurrence, ce qui fait qu’on plonge aisément dans l’histoire. Mais Bella est une adolescente normale, elle est maladroite, pas bien dans sa peau, et a ses propres tourments, ce n’est pas la blonde sexy !! Elle n’est pas parfaite, mais a ses propres qualités, donc la lectrice peut facilement s’identifier à elle, et va d’autant plus l’aimer. Puisque Bella, fille on peut plus banale peut séduire deux aussi beaux mecs, et bien tout le monde a ses chances et peut le faire lol !!!


Kristen Stewart for Vanity fair

Le gendre parfait :

Ah Edward !! Le personnage qui en aura fait baver plus d’une, le prince sur son blanc destrier, qui ne veut que le bonheur de sa bien aimée, et qui sortirait sans aucun effort une réplique du genre « je ne peux vivre dans un monde où tu n’existes pas » T-T.

En résumé c’est l’homme parfait, beau gosse, attentionné, intelligent, doué, et le seul homme à pourvoir dire sans complexe un truc d’un romantisme tuant, sans passer pour has been puisqu’il a 100 ans. On équilibre tout ça avec le fait que ce soit un vampire pour que ça ne fasse pas trop mou, et c’est gagné. Le truc du gentil méchant ça marche à tous les coups.


Robert Pattinson for Vanity fair

Le meilleur ami / le casse cou :

Mesdemoiselles vous n’avez pas trouvé Edward à votre goût ?? Ce n’est pas un problème !! Nous pouvons vous proposer un autre article de très bonne qualité, de la chaire fraiche et en grande quantité !!

J’aime bien Jacob,  c’est un personnage plus réaliste que Edward (hormis le fait qu’il soit un loup garou), il est drôle, têtu et plus ouvert sur son monde. Si le premier est envoutant, mystérieux et tout droit sorti d’un compte de fée, Jacob lui c’est un peu le garçon qu’on peut rencontrer au coin de la rue (en mieux lol), on apprend à mieux le connaître dans le tome 4, ce que j’ai bien aimé.

D’habitude dans les triangles amoureux c’est le personnage casse cou qui a la fille à la fin, sur ce coup Jacob s’est fait avoir lol… quoi que :p…


Taylor Lautner (picture from Just jared)

Que dire d’autre ? Les personnages secondaires sont intéressants, mais hélas très peu exploités, de même que la trame de fond est assez pauvre, il a un semblant de fil conducteur à travers la menace de Victoria, mais rien de transcendant

Je parle, je parle, mais honnêtement pour moi ce qui fait le succès de cette saga,  ce n’est ni le style maitrisé de l’écriture, ni l’histoire si romantique, c’est les beaux gosses !! et rien que les beaux gosses !! c’est de la manipulation pure !! tout repose sur le fait que ces jeunes demoiselles doivent tomber raides dingues des personnages masculins, une fois que c’est fait vous pouvez raconter tout ce que vous voulez, ça passe… ça passe même très bien XD.

Donc à lire pour un public féminin entre 10 à 30 ans ; incontournable pour les 10 18ans, et amusant pour les autres.

A suivre « Saga Twilight : (partie II)  VUE par une fille »

h1

La vie offre bien plus qu’une Volvo!

7 février, 2010

yas : les derniers billets postés pourraient faire croire que ce blog est consacré au tennis ^^, ce qui n’est pas le cas! C’est juste que l’Open d’Australie a engendré une véritable vague dans mon petit monde mais maintenant que c’est fini nous allons « éteindre la télé et reprendre une activité normale » dixit PPDA…du moins pendant ces quelques jours qui nous séparent du début des J.O d’hiver de Vancouver ^^…Et ça rime en plus XD!

Et que pourrait donc nous offrir la vie en attendant Vancouver? Une marque suédoise de voiture a trouvé la réponse en clamant le slogan publicitaire suivant «La vie offre bien plus qu’une Volvo ». Oui mes amis (ou plutôt ami »e »s)! Je le dis haut et fort: « La vie offre bien plus qu’une Volvo: elle offre une Volvo conduite par Robert Pattinson!! ».

En effet, si vous avez lu la saga Twilight, vous n’avez pas pu passer à côté de LA Volvo argent d’Edward Cullen (interprété par le beau Rob!!) qui a, soulignons le, fait son apparition dans le livre avant son propriétaire ^^!

« A Phoenix, j’avais vécu dans un des rares quartiers modestes ponctuant le district de Paradise Valley. Il  n’était pas rare de voir une Mercedes ou une Porsche flambant neuves sur le parking. Ici, la plus belle voiture était une Volvo, et elle détonnait. » extrait du premier chapitre du tome 1,  Twilight (Fascination), lorsque Bella arrive dans son nouveau lycée à Forks.

D’ailleurs, dans la saga vampirique de Stephenie Meyer, il est difficile de passer outre les voitures qui ne sont pas loin d’être des personnages à part entière ^^! Et mis à part Bella, la quasi-totalité des protagonistes voue une véritable passion aux bolides. Qui plus est, un certain nombre de scènes clés s’y déroulent. Notamment celle dans laquelle Bella déclare à Edward qu’elle a découvert sa véritable identité. Bien sûr, je parle ici des livres et non des films, dans lesquels je trouve qu’un trop grand nombre de scènes a été charcuté.

Et tant qu’on y est, je vais pousser un petit coup de gueule concernant cette scène. En regardant le film, j’avais trouvé cette explication dans la forêt tellement incongrue et absurde que je refusais de croire que c’était une retranscription fidèle du livre. Par conséquent, la première chose que j’ai faite en ayant le roman devant mes yeux (je dis bien « devant mes yeux » et non pas « entre mes mains » car je l’ai lu sur l’ordi en format PDF ^^) a été de chercher cette fameuse scène et…ouf! Quel soulagement ça a été de voir que ça ne s’est absolument pas déroulé de la sorte. Mais qu’en réalité, Bella et Edward avait abordé ce sujet dans sa voiture en rentrant de Port Angeles, dans le chapite 9 « Théorie ». Et chapeau à la Volvo qui a parfaitement tenu son rôle, lors de ce passage, en maintenant dans son habitacle toute la tension qui se dégageait des deux personnages dans ce moment crucial, qui constitue le véritable début de cette histoire.

Toujours à propos des voitures dans la saga Twilight, à l’instar de sa proprio entourée de bellâtres aux corps marmoréens (comme aime à le répéter Stephenie Meyer), la Chevrolet de Bella est entourée de véritables bijoux automobiles. En effet, « the Cullens » pourraient ouvrir un showroom (merci Knu de m’avoir appris ce mot!) de rêve rien qu’avec le contenu de leur garage. Ce qui m’amène à penser que Stephenie Meyer doit être une admiratrice de belles voitures, vous ne croyez pas?

Enfin, qui sait?! L’enquête est ouverte! Et attendant d’en savoir plus sur ce sujet, je vous laisse en compagnie de Knu avec des éléments nettement plus concrets concernant la saga Twilight ^^. Wait and see.

n.b: ces photos proviennent de la magnifique gallerie photo du blog  « songe d’une nuit d’été, twilight fascination » qui selon moi est la référence pour qui veut se maintenir au courant de l’actualité de cette saga.

mes ami « e »s

h1

L’attentat

26 décembre, 2009

yas: avec « Les hirondelles de Kaboul » (2002) et « Les sirènes de Bagdad » (2006), « L’attentat » (2005) appartient à ce que beaucoup appelle « la trilogie » de Yasmina Khadra dans laquelle l’auteur algérien dépeint avec beaucoup d’humanisme la situation au Proche Orient et en Afghanistan.

Ce roman raconte l’histoire du docteur Amine Djaafri, chirurgien dans un hôpital de Tel-Aviv. Lui, et sa femme Sihem, sont deux palestiniens naturalisés israéliens. De part sa profession, Amine a rapidement gagné en notoriété s’offrant ainsi, à lui et à son épouse, une vie aisée au sein de la haute sphère de la société de Tel-Aviv. Mais voilà, qu’un jour un kamikaze se fait exploser dans un restaurant non loin de l’hôpital où il exerce. Cet attentat est loin d’être le premier à frapper la ville mais il causera un véritable cataclysme dans la vie du Dr Djaafri car son auteur n’est autre que sa propre femme.

Dès lors, tout bascule dans la vie d’Amine. Il ne comprend pas comment sa femme, son amour, avec qui il vivait un bonheur parfait, a pu le trahir de la sorte. Pourquoi? Pourquoi avait-elle fait ça? Et surtout pourquoi lui avait-elle fait ça?

Un attentat, donc, qui est rapidement suivi d’un entêtement. L’entêtement de ce mari voulant absolument comprendre les raisons qui ont poussé sa femme à se donner ainsi la mort. Il n’hésitera pas alors à se frotter, au péril de sa vie, à des groupes intégristes très bien organisés au sein desquels les informations ne filtrent presque pas.

Ce livre est une merveille à bien des niveaux. Yasmina Khadra y décrit de façon remarquable les sentiments humains, avec beaucoup de justesse et de sincérité. Nous suivons Amine dans sa quête de vérité. La quête d’un mari dont l’orgueil a été piqué au vif, se persuadant qu’en agissant de la sorte sa femme n’a pu que le tromper en lui préférant les idées et les opinions qu’un autre a pu lui insuffler. Mais les choses sont bien plus complexes qu’il n’y parait et la notion de bonheur reste bien subjective. Khadra nous dépeint, aussi, avec beaucoup d’objectivité le conflit israélo-palestinien, toile de fond du roman. La tolérance qui ressort de son écriture est prodigieuse constituant un de ses atouts majeurs. Le tout étant merveilleusement bien écrit et personnellement, j’ai beaucoup apprécié toutes les expressions imagées qui apportaient une grande beauté aux descriptions.

Au final, je suis très contente du concours de circonstances qui m’a amenée à lire ce livre car armée de mes préjugés, j’évitais ce « genre » de romans que je croyais être trop axés sur la politique alors qu’au final j’ai découvert une magnifique histoire humaine. Et je ne peux que vous conseiller de lire « L’attentat ».

h1

« La part de l’autre » Comment devient-on Adolf Hitler ?!!

20 mars, 2009

knu :

Hmm le nazisme au cinéma… l’image projetée de cette période, me laisse perplexe, on a soit le droit à des films sur la tentative d’éradication des juifs, censés nous faire pleurer pour leur sort (malgré qu’ils fassent bien pire au peuple palestinien), soit des films d’action, avec en général plein d’explosions et des acteurs avec un affreux accent pseudo allemand.

Sur la même lignée voici le dernier film en salle « Valkyrie » avec Tom Cruise, qui ce veut cependant avoir un fond plus sombre, avec une histoire de complot pour le meurtre de Hitler.

Je ne pense pas que je le regarderai, j’aime pas Tom Cruise et ce n’est pas le sujet de mon article, je surfe juste sur l’actualité cinématographique, pour parler du livre que je suis en train de lire « La part de l’autre » de Eric-Emmanuel Schmitt.

hitlerPas de préjugés !! je vous vois venir, un livre sur Hitler, veut forcément dire que c’est soulant, la preuve en est, mes parents qui en me voyant le lire m’ont dit « Hitler !! c’est pas trop lourd ?! ».

Non !! Et même que c’est sympa, le résumé m’a tout de suite attiré :

« 8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé.

Que se serait-il passé si l’école des beaux arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde… »

Le livre contient donc deux histoire parallèle, commençant du même personnage le jeune Adolf Hitler, le livre se sépare en suite en deux chemins, qui ne feront que s’éloigner de plus en plus, jusqu’à arriver à deux personnages et deux ambiances qui n’ont rien avoir l’une avec l’autre.

D’une part un Hitler qui n’a pas pu réaliser son rêve, cultive ses complexes, et devient l’un des plus grands orateurs de son siècle, et aussi l’un des plus meurtriers.

D’autre part un Hitler passionné qui a suivi ses études, ayant des amis, des amours, et ne se souciant pas du tout du sort de la politique.

Au fil du livre, on se souvient du cours de philosophie en terminal « la personnalité est en fonction de la génétique ou de l’environnement ? », ou à quel point ce qui nous arrive peut influencer nos décisions, nos pensées et notre vie.

Bien que le livre soit en grande partie une fiction, la destinée des personnages intrigue et attire, si l’un des deux Hitler est réel, et que sa fin est connu de tous, qu’arrivera-t-il au deuxième ?? Qu’aurait été le monde sans cette personne ?? Ou veut en venir l’auteur ??

Ce livre est passionnant, mène à réfléchir (si on en prend la peine), facile à lire, et ponctué de quelques touches d’humeur malgré qu’à l’origine le sujet soit sérieux, avec des invités inattendus.

Petit extrait que j’ai apprécié :

« … Mes amis, j’écris ce petit mot pour vous dire que je vous aime, que je pars avec la fierté de vous avoir connus, l’orgueil d’avoir été choisi et apprécié par vous, et que notre amitié fut sans doute la plus belle œuvre de ma vie. C’est étrange l’amitié. Alors qu’en amour, on parle d’amour, entre vrais amis on ne parle pas d’amitié. L’amitié, on la fait sans la nommer ni la commenter. C’est fort et silencieux. C’est pudique. C’est viril. C’est le romantisme des hommes. Elle doit être beaucoup plus profonde et solide que l’amour pour qu’on ne la disperse pas sottement en mots, en déclarations, en poèmes, en lettres. En mourant, c’est à ce grand mystère silencieux que je songe et je lui rends hommage.

Mes amis, je vous ai vus mal rasés, crottés, de mauvaise humeur, en train de vous gratter, de péter, de roter, de chier des diarrhées infinies, et pourtant je n’ai jamais cessé de vous aimer. J’en aurais sans doute voulu à une femme de m’imposer toutes ces misères, je l’aurais quittée, insultée, répudiée. Vous pas. Au contraire. Chaque fois que je vous voyais plus vulnérables, je vous aimais davantage. C’est injuste n’est-ce pas ? L’homme et la femme ne s’aimeront jamais aussi authentique que deux amis parce que leur relation est pourrie par la séduction. Ils jouent un rôle. Pire, ils cherchent chacun de beau rôle. Théâtre. Comédie. Mensonge. Il n’y a pas de sécurité en amour car chacun pense qu’il doit dissimuler, qu’il ne peut être aimé tel qu’il est. Apparence. Fausse façade. Un grand amour, c’est un mensonge réussi et constamment renouvelé. Une amitié, c’est une vérité qui s’impose. L’amitié est nue, l’amour fardé… »

Merci tata de nous l’avoir passé ^^, enfin lui et tout les autres très bons livres.

h1

MILLENIUM, ou pourquoi faut-il se marier avec votre chéri d’écrivain !!!

15 février, 2009

Knu : J’ai eu la chance dernièrement de lire un des best seller de l’année, ou plutôt trois, puisqu’il s’agit de la saga Millénium, du suédois Steig Larsson, décédé en 2004, après avoir écrit trois des dix livres prévus, ses fans sur leur faim.

–      Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

–      La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

–      La reine du palais des courants d’air

Entre aventure, suspense et complots, on s’immerge facilement dans l’ambiance, car l’auteur décri très bien le décor, l’ambiance et surtout l’action, sans que pour cela en devienne lourd… personnellement j’ai totalement été absorbée, en finissant un chapitre, je ne pouvais pas résister à en lire un autre, et encore un autre…

A mon avis, le succès des livres est dû aux deux personnages principaux, totalement contradictoires… pas qu’à ça bien sur, car l’histoire est orchestrée d’une main de maître, mais je pense que grâce à eux le livre a pu cibler un plus large public, en touchant plus de générations.

D’un côté « Mikael Blomkvist » le très séduisant journaliste quinquagénaire, défenseur de la bonne cause, qui commence à voir ses cheveux blancs se multiplier.

De l’autre «  Lisbeth Salander » une jeune hackeuse (ça existe pas le féminin de hacker ??) rebelle, totalement marginale, et défenseuse de sa propre cause à elle.

Le tout donne un mélange explosif, encore faut il ne pas être du genre à se laisser décourager devant un livre de plus de 600 pages.

La première fois que j’ai pris « les hommes qui n’aiment pas les femmes », le premier livre, je n’ai pas du tout été séduite par le résumé à l’arrière du livre, trop d’informations condensées, on s’y perd un peu !! Et d’après les commentaires dans les sites de vente, beaucoup ont été rebutés à cause ça. C’est qui le malin qui l’a rédigé !! Le résumé est censée donner envie de lire, pas le contraire !!

Autre caractéristique, c’est l’histoire ou plutôt l’action qui tarde à commencer, le plantage de décor prend pratiquement la première moitié du livre, c’est un peu frustrant des fois, mais on s’y fait, c’est indispensable car tous les détails sont importants.

Maintenant la partie commérage de l’article.

Quand on vend plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, traduits an 34 langues, et qu’on meure juste après, l’héritage et surtout les droits d’auteur vont à qui ?

D’un côté le père et le frère, les personnes les plus proches légalement, d’un autre sa compagne Eva Gabrielson (uneee architecte…hmm soudain je l’aime bien cette femme) avec qui il vivait depuis trois décennies et des poussières.

Et là je vous reporte au titre de mon article, n’étant pas mariée, cette dame ne touchera pas un sous. Elle a donc porté l’affaire en justice, prétendant être à l’origine de plusieurs idées dans les livres, et qu’en quelque sorte elle les aurait coécrits… peine perdu apparemment.

Mais comme je l’ai dit le commérage ce n’est pas mon truc, donc si je l’ai fait c’est purement pour des raisons littéraires… si, si je vous l’assure, si j’ai parlé de ces histoires d’héritage, c’est dans l’hypothèse d’un 4ème Millénium !!!

Steig Larsson aurait commencé un 4ème tome tant attendu, dont l’ébauche serait en possession de Eva Gabrielson. Cette dernière voudrait terminer ce livre, et profiter du succès de la saga (et donc gagner un peu d’argents), et pour ceux qui crieraient au scandale, elle réplique, qu’elle a déjà travaillé sur les trois premiers, il n’y aurait donc aucune différence avec celui-ci.

milleniumLa question que je me pose maintenant, c’est dans l’hypothèse qu’un tel livre serait réellement édité, aurait-il du succès ??

Je ne doute pas que plusieurs exemplaires seraient vendus, entre des fans, des curieux et des personnes qui ne cherchent pas à comprendre ce genre de trépidations, mais un livre né du profitage (mot qui n’existe pas je sais) à 100%, vaut-il vraiment le détour ? Car au-delà de la morale et de l’étique, et il y a le contenu du bouquin en lui-même.

Quand on achète un livre, on achète une histoire, un style et quelque part l’essence de l’auteur.

Mais j’ai le sentiment que ce 4ème tome n’aurait que l’histoire, et n’aurait pas l’âme des trois premiers, ne serait-ce que parce que le lecteur, entre autres moi, je le jugerais différemment et plus durement, j’aurais tendance à attendre plus et mieux, avec une impression de malaise de savoir qu’il n’est pas signé par son auteur original… hmm comment vous expliquer ça ??

Il existe pour ceux qui connaissent les fan-fic (suites de livres ou mangas, écrites par des fans) qui sont de très bonne qualité, avec un style parfait, et des histoires qui pourraient surpasser l’originale. Pourtant l’œuvre reste quelque chose de précieux, d’unique et d’incomparable.

C’est à peut près ce je ressens.

Donc acheter Millénium 4 pourquoi ? pour lire une histoire ? ce n’est pas ça qui manque en librairies.

Parce qu’on aime l’ambiance et les personnages ? peut être… ça me déplairait pas d’avoir encore une dose du caractère scinque de Lisbeth.

Par impatience de connaitre la suite ?? J’en doute, le tome 3 ne demande pas de suite, ce n’est pas la fin du monde si on sait pas ce qui se passe après… ce n’est pas comme si JK Rowling était morte avant d’avoir écrit le 7ème Harry Potter par exemple, lol !!

Vous l’aurez compris, je suis indignée contre l’idée d’un tel livre, mais c’est bon je me calme, ce ne sont que des suppositions puisque le livre n’apparaitra probablement jamais.

Pour le moment je vous conseille vivement de lire la trilogie Millénium, c’est un vrai plaisir… j’aurais aimé mettre un résumé, mais l’article est déjà exagérément long… faut croire que  je compense le nombre de publications par la taille, désolée ^^.