Archive for the ‘Mangas’ Category

h1

Un adulte japonais sur dix lit « One piece »

30 avril, 2011

Knu :  » ONE PIECE » qu’il n’est même pas là peine de présenter, le manga à plus de 200 millions d’exemplaires vendus répartis sur 61 tomes, plus de 600 chapitres, presque 500 épisodes, et 14 ans qu’il nous fait rêver…

Mais qui sont les fidèles lecteurs de ce fantastique manga ? Qui sont les fans des aventures de l’équipage du chapeau de paille ? C’est à quoi la chaîne de télévision japonaise Kinokuniya a répondu à travers des statistiques très révélatrices :

Contre toutes attentes 88% des lecteurs sont des grands enfants adultes !! Ce qui est plutôt étonnant pour un manga publié dans le « Weekly shonen jump », à savoir un magazine pour jeunes garçons, mais avec seulement 12 % de lecteurs enfants et adolescents !!

L’explication ?

Pour la catégorie 19-29 ans qui représente 43% des lecteurs c’est assez simple. En 14 ans de parution, ces lecteurs en largement eu le temps de grandir, de passer d’adolescents à adultes et ont continué de suivre le manga.

Pour la catégorie 30 ans et plus (45%) ?? Franchement, je pense qu’il n’y a qu’une seule explication, One piece ça déchire !!! et c’est tout simplement bête de passer à côté, quelque soit notre age.

Et ce n’est pas fini, d’après l’auteur ODA Eiichiro l’histoire n’en serait qu’à un peu  plus de la moitié, ce qui nous promet encore une belle décennie en perspective… SUGOI!!!!!!!!

h1

Regarde au-delà de ce que tu vois*

13 janvier, 2010

IMPORTANT: CE QUI SUIT CONTIENT DES SPOILERS SUR L’AVANT DERNIER CHAPITRE DE BLEACH (387) PARU AU JAPON!

yas: Il y a deux semaines est sorti le 387ème chapitre de Bleach. Eh oui ! 387 ! Déjà! Il est loin le temps d’Ichigo le rookie shinigami à qui Rukia enseignait les rouages de Soul Society avec des illustrations très…dignes de la famille Kuchiki, on va dire ! XD ! De power up en power up, Ichigo a bien évolué et voilà maintenant que l’avenir du monde des vivants ainsi que celui de Soul Society reposent sur ses épaules !

Avec ce chapitre, intitulé « Ignited» (« en feu » en français), l’histoire passe clairement à un niveau supérieur ! En effet, la sublime double page clôturant ce chapitre montre un Ichigo bien remonté qui arrive, enfin, à Karakura afin de botter le derrière d’Aïzen !

Bien sûr, cette façon de présenter les événements à venir est beaucoup trop simpliste car on se doute bien que Tite Kubo est loin de nous avoir révélé toutes ses cartes. Mais attendez !  L’intérêt que revêt ce chapitre ne tient pas uniquement dans le retour du fils prodigue mais aussi  à la révélation du pouvoir du zanpakutô de Shinji « Sakanade » ! Et c’est là que je dis : « Chapeau Kubo-sensei !! » et de manière générale, chapeau aux auteurs qui tout au long de leurs récits font des clins d’œil subtils à leurs intrigues. Ces clins d’œil recélant des informations  dont on ne peut prendre la pleine mesure qu’une fois l’intrigue révélée. Je pense, par exemple, à JK Rowling qui n’a eu de cesse de faire dire à Dumbledore des répliques, certes d’une grande sagesse et d’une grande beauté, mais dont le véritable sens n’a percé qu’une fois tous les éléments de l’histoire rassemblés.

Maintenant revenons à Bleach ! En invoquant son zanpakuto «Sakanade », Shinji s’est retrouvé… à l’envers ! C’est alors que cette posture, certes atypique, mais qui caractérise ce personnage depuis sa première apparition dans ce manga (lors du chapitre 183 ! C’est loin mine de rien !) a pris sa véritable signification ! En effet, elle a un lien direct avec Sakanade et ses capacités à inverser les repaires directionnels. Ce n’est pas pour rien que Shinji arrive à boire de l’eau la tête à l’envers ! Haha !

Pour ma part, toute émerveillée que j’étais devant la prestation de l’ancien taisho (capitaine en japonais) de la 5ème division du Gotei 13, j’ai essayé de me rappeler ce que j’avais pensé la première fois que je l’avais vu ainsi, tête en bas, alors qu’il épiait Ichigo.  C’est surtout l’aspect artistique qui m’avait subjuguée ! Rien à dire, c’était la grande classe ! Comme à son habitude, Tite Kubo accordait beaucoup d’importance à la dégaine de ses personnages. Et c’est là où, à mon sens, lorsque dans un livre, nous lisons un passage quelque peu ambigu, nous nous doutons bien qu’il possède un sens plus profond qui sera révélé plus tard. Alors que dans une œuvre ayant pour support le dessin, le cas des mangas donc, l’auteur possède l’atout majeur qu’est l’image. Cette dernière, si elle est bien exploitée, peut de par sa grande beauté et surtout son originalité éclipser, au début du moins, la signification scénaristique qu’elle peut avoir. Laissant, par conséquent, le lecteur en total admiration devant elle et surtout assez loin de ce qui se trame, véritablement, sous ses yeux ! Ils sont quand même géniaux ces mangakas ^^ !

Restons toujours avec les capacités du zanpakutô de Shijni. Sakanade déboussole, donc, les repères dimensionnels et directionnels de son adversaire. Ce dernier déstabilisé ne sait plus où donner de la tête. Alors, faisons un petit saut en arrière : lors du chapitre -99 qui fait partie de la prodigieuse série de flash back intitulée « Turn Back The Pendulum», Aïzen avait révélé le véritable pouvoir de son zanpakutô (Kyôka Suigetsu) à Shinji. Ce dernier n’en revenait pas car lui qui avait toujours eu des doutes à l’égard d’Aïzen n’avait pourtant rien vu venir. C’est alors que son ancien fuko-taisho (vice-capitaine en japonais) lui avait expliqué que comble de l’ironie, ce sont tous ces doutes ainsi que la distance que Shinji avait mis entre eux qui lui ont permis de mener à bien ses desseins sans générer le moindre soupçon car son capitaine n’avait jamais vraiment prêter attention à lui. Donc, au final, malgré toute la répulsion qu’inspire Aïzen à Shinji, ces deux hommes, que tout sépare, s’avèrent avoir des zanpakutôs qui pourraient appartenir à l’hypothétique catégorie « zanpakutô induisant une confusion et des leurres visuels»(ou plus simplement, comme l’a dit Shinji dans le chapitre 385, leurs zanpakutôs contrôlent le système nerveux d’autrui). Même si Kyôkasuigetsu étend son pouvoir jusqu’à créer une hypnose absolue, pour reprendre les termes d’Aïzen. Mais il n’en reste pas moins que ces deux zanpakutôs tirent leurs pouvoirs de l’emprise qu’il crée sur la perception visuelle de leurs ennemis. Encore une fois, chapeau Kubo-sensei!

Allez, un dernier clin d’œil pour la route ^^ ! En survolant le tome 21 de Bleach, je suis tombée sur un passage que j’avais totalement oublié : chapitre 180, Komamura et Hisagi sont abasourdis par la trahison de Tôsen mais malgré ça ils comptent le raisonner et lui « ouvrir les yeux » dixit le capitaine de la 7ème division. Aucun doute quant à l’emploi de ces mots au sens figuré par le capitaine Komamura ! Mais avec les événements du chapitre 387 et de ceux qui l’ont précédé, Tôsen a fini par ouvrir ses yeux et ceci au sens propre! Ah ! Bleach ne cessera pas de nous épater!

Le nouveau chapitre de Bleach (388) est sorti dans le Shonen Jump de cette semaine, la trad anglaise sera inchallah disponible d’ici vendredi! Il faut dire qu’avec les fêtes on a passé deux semaines sans nouveau chapitre!!

* si vous êtes fan du Roi Lion de Disney vous aurez peut être noté que l’intitulé de ce billet (regarde au-delà de ce que tu vois) est une phrase empruntée à Rafiki dans Le Roi Lion 3. J’adooooore ce troisième volet qui est consacré à Timon et Pumba et cette phrase fait partie de mes phrases cultes!

n.b: les scans de chapitres proviennent des sites One Manga (trad anglaise) et Anime-Story (trad fr).

h1

Baku-man : le shonen qui décortique le shonen

9 janvier, 2010

Knu : Depuis le temps que je voulais parler de Baku-man, maintenant je suis vraiment en retard !! Mais vaut mieux tard que jamais !! Hé oui ce manga paru pour la première fois en 2008 dans le Jump, en est déjà à son 6ème tome au japon (les veinards).

Donc après le célébrissime « Deth note », Tsugumi Oba et Takeshi Obata changent totalement d’atmosphère et nous entrainent dans leur nouveau shonen « Baku-man ».

Un sacré revirement puisque Exit les manipulations, les shinigami et l’ombre de la mort qui rode, et retour vers un monde plus réel, d’un ton léger, coloré et jeune.

Pour l’histoire, Moritaka Mashiro jeune collégien,  très doué pour le dessin (accessoirement neveux d’un ancien mangaka) et secrètement amoureux d’Azuki une fille de sa classe. Akito Takagi, le meilleur élève de la classe, percevant son talent pour le dessin, propose à Mashiro de s’associer avec lui afin de réaliser un manga. Notre héros refuse tout d’abord la proposition jusqu’à ce qu’il découvre que le rêve d’Azuki est de devenir Seiyu (voix dans les animes), ils se promettent alors de se marier quand ils auront tout deux réalisé leurs rêves.

Ainsi ce manga raconte le parcours des deux adolescents dans le monde des shonen, à la poursuite du succès. D’un côté Mashiro en dessinateur et de l’autre Takagi en auteur.

On voit tout de suite le clin d’œil au duo créateur Tsugumi Oba et Takeshi Obata qui sont eux même respectivement auteur et dessinateur, serait-ce une auto biographie ? lol, ou ce qui est sur du moins, inspiré de leur propre expérience.

Ce que j’ai adoré ??

Personnellement ce qui m’a le plus attiré ça n’a pas été l’histoire en elle-même, mais la découverte des coulisses de la création des mangas, comment une histoire fini par être éditée ? Dans quel cas elle risquerait de s’arrêter ? Quand est ce que ce manga sera publié en format tankôbon (livre) et enfin adpaté en anime ? Qui décide de tout ça ? La quantité de travail que dois assumer un mangaka quand il est publié dans un hebdomadaire ? Le rôle des assistants ? On a même un aperçu sur les seiyu.

Ce qui plonge encore plus le lecteur dans la réalité, c’est que l’histoire de Baku-man se passe dans l’hebdomadaire « Jump », avec des rappels sur des succès réels tel que One piece ou Naruto.

L’auteur arrive même (et surtout) à nous donner envie de lire les mangas imaginaires proposés dans Baku-man !!! Je donnerais cher pour pouvoir lire « Argent et intelligence » !!

Bref pour quelqu’un comme moi qui suis la parution japonaise c’est un vrai bijou.

Bien que Baku-man ne contiennent aucun combat (ou presque pas ^^),  sans en avoir l’air, il contient bel et bien les codes traditionnels du shonen nekketsu :

  • le héros est un jeune garçon orphelin…=> oui, mais là le rôle du père est remplacé par l’oncle mangaka mort d’avoir voulu trop suivre ses rêves, et qui est en quelque sorte l’icône.
  • Le héros a souvent un rêve qu’il veut absolument réaliser et ce, quels que soient les obstacles… => devenir mangaka, avoir son propre anime, et se marier avec Azuki^^.
  • foncièrement honnête et innocent, il se révèle souvent naïf ;
  • il est doté de capacités ou pouvoirs hors normes, parfois magiques… => Mashiro dessine super bien Takagi a une imagination débordante !! ça compte comme super pouvoir!!
  • en compagnie d’amis rencontrés durant sa quête, il lutte contre le mal… =>  ils luttent contre le mal suprême : les lecteurs réticents.
  • ses premiers adversaires deviennent généralement ses plus fidèles compagnons… => on citera Eiji Nīzuma parce que franchement ce personnage est unique, jamais vu un comme lui, c’est d’ailleurs pour ça qu’il doit être si attachant.
  • ils participent à un tournoi ou quelque chose de semblable ;
  • lorsqu’il est sur le point de perdre ou de mourir, le héros se relève plus fort que jamais, grâce notamment à sa volonté, son « envie brûlante de gagner » (nekketsu) ;
  • honnêteté (justice), esprit de groupe (amitié) et dévouement à l’intérêt général (volonté de vaincre) sont les principales valeurs véhiculées par ces mangas. (Canneva d’un nekketsu Source wikipedia)

Que dire d’autre à part LISEZ LE !! Pas encore édité en France, mais disponible en lecture en ligne. On apprend un tas de choses, c’est plein d’humour, de rebondissements, de petites histoires d’amour (comme dans tout shonen, ce qui devrait plaire aux filles réticentes aux mangas).  Et a notre grand plaisir Baku-man sera adapté en anime cet automne et peut être aussi en drama, on attend ça avec impatience, en espérant que l’adaptation sera à la hauteur de l’œuvre originale !!!

h1

Interview de Natsuki Takaya, AnimeLand 154

8 janvier, 2010

yas: comme promis, voici l’interview de Natsuki Takaya parue dans le numéro de septembre 2009 d’AnimeLand. Un grand merci au CCF de Annaba de s’être abonné à ce magazine spécialisé dans l’animation et le manga!

En lisant cette interview, j’ai ressenti la timidité bien connue de la mangaka. D’ailleurs, elle a assez bien éludé les questions qui étaient un peu personnelles. J’aurais bien aimé qu’elle se livre plus! Lisez et jugez-en par vous même!

h1

On vous souhaite beaucoup de fruits et d’étoiles pour 2010!

8 janvier, 2010

yas : ce petit billet aurait dû être posté le 31 décembre 2009 mais faute de connexion ça n’a pas pu se faire. Donc, le voici avec quelques jours de retard!

La fin de l’année 2009 n’a pas uniquement donné lieu à la rétrospective de l’année qui vient de s’écouler mais aussi à celle de la première décennie de ces années 2000! Quelque que soit le domaine, « The 00’s years » ont eu leur lot d’événements! Knu et moi allons juste revenir sur une découverte qui a ébloui nos vies : le manga « Fruits Basket ».

L’aventure a commencé en 2003, lorsqu’en zappant je suis tombée sur l’anime qui était diffusé sur Cartoon Network. Ah ! Des fous rires, des larmes! Que d’excellents souvenirs ! Peu de temps après, grâce à une amie à qui nous seront toujours reconnaissantes, nous avons mis la main sur la traduction du manga. C’est alors qu’une autre aventure commençait, celle du forum Subafuruba. Un immense merci à Selphie et à tous les membres de ce merveilleux fofo! Ensuite, Knu a ouvert une nouvelle voie. Elle a été la première à avoir acheté un tome de Fruits Basket! Le tome 15, avec Akito en couverture! Rien à dire, ce tome aura toujours une valeur particulière pour nous! Les autres tomes se sont, ensuite, enchaînés sur nos étagères et nous ne remercierons jamais assez toutes les personnes grâce auxquelles ceci a été possible! De  l’été 2003 jusqu’à la sortie du chapitre 136, Natsuki Takaya, l’auteure de Fruits Basket, nous aura fait vivre au rythme des aventures de ses merveilleux personnages. Et il ne fait aucun doute que Fruits Basket compte parmi les meilleurs shôjos de la décennie.

A peine le succès de ce manga digéré, Takaya-sensei a enchaîné avec sa nouvelle œuvre « Twinkle Stars ». Beaucoup voient dans ce manga une copie de Fruits Basket mais Knu et moi ne sommes pas de cet avis. Ce manga possède sa propre histoire dont les racines et l’ampleur commencent à partir du 3ème tome (6 tomes étant sortis au Japon, 4 en France) et il mérite largement le détour! D’ailleurs, Saku et Sei ont fait la couverture du numéro 154 d’AnimeLand paru en septembre dernier.  On pouvait aussi y lire un article sur Twinkle Stars et surtout une interview de Natsuki Takaya que je vous proposerai dans le prochain billet inchallah.

Pour finir, et même si on s’y prend avec un peu de retard, nous vous souhaitons une excellente année 2010. Pour l’occasion nous vous proposons une illustration très malicieuse de Twinkle Stars et nous dépoussiérons ces trois magnifiques colo de Fruits Basket. Enjoy!